Le Café de la gare : un lieu mythique qui a dévoilé beaucoup de grands artistes

Publié le : 23 juin 20214 mins de lecture

Le Café de gare a été bâti depuis 1969 à Paris. L’idée était venue de Romain Bouteille et Coluche pour faire une fabrication de ventilateur de la rue d’Odessa. Cela a réveillé l’humour de Georges Pompidou. Sur les acteurs qui ont passé, c’est le groupe de Patrick Dewaere composé de Miou-Miou, Henri Guybet, Catherine Mitry, Sotha, Jean Michel Haas et Gérard Lefèvre qui a eu plus d’influence sur la décision finale de sa grandeur.

Le désespoir de Coluche

Lorsque Coluche a trouvé un endroit pour faire le spectacle à Montparnasse, il a été face à un grand défi car seul deux d’entre les membres du groupe savaient jouer la comédie qui est Henri Guybet et le fameux Romain Bouteille. Il était novice en se souvenant de Bouteille qui jouait avec sa guitare des petits numéros sur les chansons de Saint-Just et de Robespierre. C’était des chansons sur la coquinerie, mais que tout le monde s’en foutait alors Coluche était désespéré. Pour lancer sa voix, il écrivait seulement des pièces sur mesure. En regardant le résultat, ils ont remarqué que si chacun met ses tics alors la pièce créée sera un drôle d’histoire ou de la comédie. Au début, c’était un peu ridicule comme le cas de Miou-Miou qui restait sur scène quand elle avait fini son réplique.

Le spectacle que Louis de Funès détestait

L’aventure du Groupe que composé Coluche se tournait rapidement et Ce dernier jouait sa carrière en solo. Cela paraissait moins original que les autres situations. Par contre dans le Café de la gare : le succès des artistes devient de plus en plus remarqué. En 1971, Louis de Funès a été étonné par le nouvel humour du rire qui se manifestait aux dépends des autres. Romain Bouteille expliquait que c’était normal car implique de nouvelle chose très originale. Il a dit qu’il pratiquait du théâtre politique si Louis de Funès appelait le libertaire et anarchiste deux de sa branche. Il ajoutait que c’était des scènes rigolotes comme vous qui jouiez dans vos films. Le budget n’était pas assez, en plus le groupe pensait que ce n’était pas de la moquerie mais une histoire.

La destruction de la troupe

Le premier qui a quitté la troupe était Henri Guybet en 1973, il a été contacté pour jouer le rôle de Rabi Jacob et de la Septième Compagnie qui était écrit en 1975. Ensuite, Miou-Miou ainsi que son ami Patrick Dewaere formaient le trio des Valseuses avec Gérard Depardieu. Leur réussite a causé la destruction totale de la troupe. Ceux qui partent sont remplacé évidemment mais n’avait pas atteint le même but que ceux qui étaient avant. Le Splendi se formait et livrait aux grands publics du café de la gare, une version grande du spectacle. Ils ont voulu faire plus que ce dernier avec des acteurs brillants que beaucoup d’autres.

Plan du site